Bakou, la maison d’édition de Diane Audrey Ngako

Par Elisabeth Leila BILOA

On ne la présente plus, l’entrepreneure créative, fondatrice de l’agence conseil en communication et marketing OMENKART, collectionneuse d’art et host du podcast « si maman m’avait dit ». Celle là même qui nous a fait « Visiter l’Afrique » se lance aujourd’hui dans une toute nouvelle aventure. Le 15 Avril 2021, via ses réseaux sociaux, elle a annoncé le lancement de sa maison d’édition BAKÖU. Vous l’aurez compris, nous parlons de Diane Audrey NGAKO.

En 2017, elle sortait « They Call It Africa, We Call it Home », un livre de photographies du continent porté par le site Visiterlafrique.com et accompagné par Koyo Kouoh dans la curation. 

A date, ce premier coffee table book est toujours disponible et distribué dans le monde. Depuis ce premier projet en tant qu’éditrice, Diane Audrey n’a cessé de rêver d’éditer. Elle aime chacune des étapes : la création, la production et la distribution, tout en reconnaissant que ce volet n’est pas toujours évident. 

Quatre ans d’observation et de planification, des centaines de milliers de francs CFA dans l’achat de beaux livres.
De la veille sur les réseaux sociaux et les visites de galeries d’art, pour arriver aujourd’hui à la Création officielle de BAKÖU dont le lancement est prévu en mai avec la sortie de son premier projet : Lettres à Cameroun.

Originaire de BAKÖU, village de l’ouest Cameroun dans le haut-nkam. Princesse d’une grande chefferie, Diane Audrey fait partie des returnees attachés à leur culture et à la valorisation des savoir-faire de chez nous.

« Pour moi on ne peut pas juste consommer la culture des autres et ne pas être des acteurs. Souvent nous consommons notre culture à travers le prisme de l’occident alors qu’elle est devant nous […] J’aimerai que grâce à BAKÖU, les gens qui vivront en 2050 dans ce même Cameroun, quand ils se demanderont ce que c’était de vivre dans les années 2010-2020, ils prennent un livre édité par BAKÖU et se disent « Voici ce que c’était de vivre au Cameroun ». En fait, je ne suis pas là pour faire de l’argent ; je suis là pour marquer mon temps !»

Collectioneuse d’art à l’origine de Douala Art Fair, elle milite pour le rapatriement des œuvres du continent, mais surtout, pour qu’aujourd’hui, les africains préservent les œuvres actuellement produites. 

Tenez-vous prêt car comme toute personne avertie , Diane Audrey Ngako a déjà 3 œuvres prêtes à voir le jour dès les prochaines semaines. Alors si vous êtes fans et consommateurs de beaux Livres, voici ce que BAKÖU, Maison d’édition vous réserve en 2021: 

  • Lettres à Cameroun – recueil de 24 lettres d’hommes et femmes camerounais.e.s à destination du Cameroun. Sortie prévu en mai
  • Black Collectors (valorisation des collections d’art de personnes noires), sortie prévu en octobre 
  • Livre de photographies avec un artiste sud africain dont on va taire le nom pour le moment. Sortie prévue  en novembre. 

You may also like

1 commentaire

Carine 20 avril 2021 - 7 h 06 min

Haa Ouais quel parcours, c’est super boostant d’avoir des serials preneuses qui réussissent surtout dans un domaine comme l’art

Repondre

Laisser un commentaire