Chrys Nyetam, Inspirée pour Inspirer avec INSPIRE AFRIKA MAGAZINE

Par Her Beauty Magazine

Consultante en banque et assurance le jour, Co founder de Inspire Afrika Magazine dès le coucher du soleil. CHRYS -Eve – NYETAM , l’une des porteuses du projet INSPIRE AFRIKA fait partie de ces femmes qui s’inspirent des unes afin d’inspirer les autres . Au lendemain de la dernière édition des INSPIR’ TALKS, découvrons le parcours d’une jeune femme forte et indépendante qui aspire à inspirer les générations futures.

 1 – Et si vous nous parliez un peu de vous ?

Bonjour. Je suis Chrys-Eve NYETAM, née le 14/09/1989 à Yaoundé au Cameroun. J’ai un Bachelor en économie obtenu à St Francis College (New York), et un Msc en Management obtenu à l’EM LYON. Le jour j’accompagne les banques et les assurances sur des sujets de réorganisation,  conformité, lutte anti-fraude et blanchiment, transformation digitale, ou encore des sujets data. Le soir, je m’acharne à développer  Inspire Afrika, 

2-INSPIRE AFRIKA MAGAZINE, depuis combien d’années existe ce projet? Et qu’est ce qui vous a poussé à vous lancer dans une telle aventure ?

 Inspire Afrika est un média dont le but est de présenter les profils d’entrepreneurs et de décideurs Africains ayant une valeur ajoutée sur le continent. En 9 ans, nous avons publié 22 éditions et présenté plus de 200 profils dont les médias mainstream ne parlent pas forcément. Nous avons créé le magazine parce que nous étions partis d’un constat, il n’existait pas de médias bilingue (francophone et anglophone) dédiés à la célébration de nos talents Africains. A l’époque, avec Joan Murielle Yombo qui est l’éditrice en chef, nous nous sommes dit qu’en informant notre audience sur les activités entrepreneuriales du continent, nous pourrions tous nous inspirer mutuellement à travers le continent.

Chrys-Eve et Joan Murielle
 3- Dans quel but avez vous créé ce magazine ?

Le magazine a plusieurs objectifs: Nous souhaitons donner une meilleure image de l’Afrique en présentant ses enfants les plus dynamiques. Ensuite nous souhaitons créer des ponts entre l’Afrique Francophone et Anglophone afin d’encourager les échanges économiques et les différents savoir faire présents sur le continent. Enfin nous souhaitons susciter le débat sur des sujets d’actualité.

  4- Nous avons récemment assisté à une édition de Inspir’Talks, dont nous saluons l’organisation et la réussite. Dites nous comment naît l’idée de développer une telle plate forme de networking?

Un Inspir’Talk est un évènement où entrepreneurs, décideurs et leaders échangent avec notre audience afin que celles-ci bénéficient de leur savoir faire. Le but est de donner les clés nécessaires et essentielles à l’avancement d’un projet entreprenariale ou d’une carrière professionnelle. Cette année nous avons organisé notre 9ème édition à Douala au Cameroun. Pour la première fois, nous avons mis autour de la table plus de 22 femmes leaders issus de plusieurs domaines et de  générations différentes, afin que celles-ci échangent sur le thème  « Comment transformer les obstacles en opportunités ?». Face à une audience de plus de 150 femmes, nous avons pu proposer des pistes de solutions aux problémes quotidiens que rencontrent les femmes.

 5- Avez vous rencontré des difficultés depuis la mise sur pieds de ce projet ??

Bien sur. Comme pour tout projet au début nous n’étions pas assez structuré et nous n’avions pas les fonds nécessaire. Les sponsors n’étaient pas toujours au rendez-vous, mais nous avons persisté. Comme quoi,il faut travailler, en mettant sur pied des projets répondant à une vraie demande du marché. A force d’acharnement, si le besoin est réel, on gagne le respect de ses pairs, et de ses partenaires.

6- Quelques mots pour la fin de cette entrevue?

D’abord merci à vous de nous avoir permis de présenter les Inspir’Talks. Nous espérons que l’année prochaine nous aurons l’opportunité d’organiser un autre évènement mettant la femme africaine en valeur.

   Merci à vous de continuer à nous inspirer !                                                                                              

Propos recueillis par Tatiana Ossa  

You may also like

Laisser un commentaire