Darling Black, blogueuse, mère , Finesote…

Par Elisabeth Leila BILOA

Le Cameroun dans ses veines, la France dans le cœur , Darling Black, jeune blogueuse et rédactrice indépendante au franc parlé et à l’assurance imperturbable  fête aujourd’hui son anniversaire.

Pour l’occasion elle nous a accordé une interview exclusive  dans laquelle la go Finesote nous dit tout sur ses passions, son parcours et son actualité.

Qui est Darling black ?

Ça va être long hein 😅.

Mekuate Nono Daniele est mon nom à l’état civil. J’ai 29 ans. Formation : licence de droit privé. Master 1 négociation commerce. Master 2 Manager marketing et commercial option management de franchise.
Ma profession actuellement n’est pas établie. Mais ce qui est sure c’est que je paye mes factures. Mes passions: manger, le blog, la mode et mon fils 🥰

Après un moment d’absence, tu as choisi pour ton retour sur youtube un secteur assez surprenant, le domaine culinaire. Qu’est-ce qui a motivé ce choix?

Faut savoir que j’aime beaucoup cuisiner et expérimenter de nouvelles cuisines. J’aime recevoir chez moi et à chaque fois je veux épater mes convives. Mais je me retrouve aujourd’hui en tant que blogueuse et j’ai voulu proposer un autre contenu. Motivée par mon frère et ma sœur j’ai appris à faire des montages. J’ai donc pu me lancer dans l’aventure des vidéos.

Mais il faut dissocier mes vidéos sur ma page Instagram où je propose des recettes notamment avec la marque Broli. Mais aussi le volet YouTube. Concernant YouTube, Ce n’est pas un retour en tant que tel. Je n’y ai jamais été (mes vidéos de 2006 ou je chante mal du lady gaga ne compte pas ).
J’y ai mon émission « Finesote fait son ndock ». Je vais à la rencontre des acteurs de l’industrie culinaire: artisans, restaurateurs et même industriels. Il m’est important en tant que consommateur de voir la genèse des aliments que nous consommons.

En quoi les choses ont elles changés depuis le début de votre aventure en qualité de bloggeuse / influenceuse ?

Déjà je suis payée 😅. Je suis reconnue et mon avis très sollicitée. J’espère que je ne déçois pas mes lecteurs / followers. Il est important que je garde mon objectivité pour que leur expériences achats soient cohérentes avec ce que je propose.

Victime de body shaming sur les réseaux sociaux, Qu’as  tu à répondre à toutes les personnes  qui se donnent le droit de critiquer ton apparence physique?

Ça ne me concerne pas et ça ne va jamais me concerner. 😂.
Concrètement je dirai juste que personne n’est parfait. Si c’est mon imperfection d’être enrobée je l’assume et quand j’en aurai marre je le changerai. En attendant celui qui s’égare je m’assoit sur lui il sentira mon poids.


Qu’est ce qui a motivé ton retour au CAMEROUN? Est-il temporaire ou quelque peu définitif ?

« Home is where my heart is ».
Pour le moment je fais encore la navette. J’ai le luxe de pouvoir me le permettre donc j’en profite. Mais il est évident que mes actions sont à l’endroit du Cameroun. Mes parents vivent en France, mon conjoint au Cameroun donc je serai toujours entre deux.

Au vue de l’importance que tu accorde au “made in Cameroon” une fois de retour en France comment vas tu poursuivre tes activités ?

Pour moi le Made in Cameroon  englobe aussi le made by camerounians. Il existe parfois des camerounais qui ont des initiatives louables. Et il arrive assez souvent que même en France certains me fassent parvenir leurs produits. La distance n’est un frein que pour les événements

Des projets à venir ou en gestation ?

Pour le moment je suis en phase d’amélioration de « Finesote fait son ndock ».

Un petit mot pour la fin?

Soutenir le Made in Cameroon est très important. Nous tous seront peut être appelé à être entrepreneur si ce n’est pas déjà le cas. Et on appréciera tous de recevoir des likes et partages des frères. Il n’y aura pas de rayonnement mondial tant que localement on se néglige.

Il faut tester et encourager financièrement ou de manière digitale ceux qui se donnent la peine de bien faire. J’insiste sur le bien fait!

Merci à herbeautymagazine pour l’opportunité.

You may also like

Laisser un commentaire