Stella BITCHEBE, Femme de Science .

Par TAO

Chercheuse d’origine camerounaise Stella BITCHEBE fait partie des 35 lauréats du prix “Jeunes Talents pour les Femmes et la Science 2021” pour ses recherches portant sur la réduction de l’empreinte carbone des data centers et l’amélioration de leur sécurité.

Stella BITCHEBE après Kenmoe Stephane, c’est au tour de Stella BITCHEBE de faire rayonner l’image du pays sur la scène scientifique internationale.

Après sa victoire au concours INRIA, avec le projet KIWI, une application qui permettrait aux personnes malvoyantes d’accéder à toutes les informations dans les transports en commun. Elle réussit aujourd’hui à se frayer un chemin plus grand dans le domaine de la recherche scientifique.

Agée de 27 ans, Stella Bitchebe a grandi et fait ses études dans son pays de cœur le Cameroun.

Après l’obtention de son baccalauréat en 2011, elle s’inscrit simultanément à la faculté des Sciences de l’université de Yaoundé 1 (Mathématiques) et à ISSEA, Institut Sous-régional de Statistique et d’Economie Appliquée (une institution spécialisée de la CEMAC).

Entre 2013 et 2014, Stella BITCHEBE fait des stages au Ministère des Enseignements Secondaires comme Assistante Statisticienne avant d’intégrer en 2015, la prestigieuse École Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé, où elle obtient son diplôme d’ingénieure informatique.

En 2018, Stelle BITCHEBE décide d’aller poursuivre ses études en France. A l’institut National Polytechnique de Toulouse d’abord, puis à l’Université Côte d’Azur et enfin à Lyon où elle est doctorante à l’École Normale Supérieure de Lyon.

Avec ce prix qui récompense la qualité de son travail, la jeune femme pour qui il n’ya pas de frontières pour l’intelligence souhaite envoyer un message fort aux jeunes filles d’Afrique et d’ailleurs. Elle veut les encourager à casser les barrières, à

Surmonter ces obstacles qui les empêchent d’embrasser une belle carrière scientifique. 

Le prix “Jeunes Talents pour les Femmes et la Science ” est décerné par la Fondation L’Oréal, l’académie des sciences et la Commission Nationale Française pour l’UNESCO.

 Les lauréates recevront une bourse de recherche (15000 Euros pour les doctorantes et 20.000 Euros les post-doctorantes) et bénéficieront d’un programme de formation au Leadership, afin d’avoir les moyens de briser le fameux “plafond de verre”.

You may also like

Laisser un commentaire